La téléassistance pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

Dernière mise à jour : 12 sept.

Découverte en 1906 par Aloïs Alzheimer, la maladie d’Alzheimer touche chaque année 225 000 nouvelles personnes en France. Dans le monde, l’on compte 35.6 millions de personnes atteintes par cette maladie, dont 7.7 millions de nouveaux cas sont dénombrés chaque année.



Qu’est-ce que la maladie d'Alzheimer ?


La maladie d’Alzheimer est la première démence la plus fréquente chez les personnes âgées. La maladie d’Alzheimer est une pathologie dite neuro-dégénérative, c’est-à-dire, qu’elle entraîne une disparition progressive des neurones dans les régions du cerveau qui gèrent certaines capacités, comme la mémoire, le langage, le raisonnement ou encore l’attention. En conséquence, elle se caractérise par une perte progressive de la mémoire ainsi que de certaines fonctions cognitives qui peuvent avoir de grandes répercussions sur la vie quotidienne de la personne qui en est victime.


Quels sont les premiers signes de l’Alzheimer ?


Bien que le trouble de la mémoire soit le symptôme qui alerte le plus, il n’est pas toujours le signe d’une déclaration d'Alzheimer. En effet, ce symptôme se manifeste principalement car ce sont les neurones localisés dans la région de l’hippocampe, où réside la mémoire, qui sont atteints en premier par la dégénérescence.


Repérer les premiers symptômes, bien qu’ils puissent être annonciateurs d’une démence, peut permettre d’alerter et ainsi d’établir un diagnostic assez tôt.


Les signes de la maladie d’Alzheimer peuvent être de plusieurs formes :

  • oubli d’événements récents

  • difficultés à planifier ou résoudre des problèmes

  • difficultés pour effectuer des tâches familières

  • confusions dans le temps ou l’espace

  • difficultés à lire, évaluer les distances ou contrastes

  • troubles du langage (oublis de mots courants, ou usage de ceux-ci à la place d’un autre)

  • perte d’objets

  • altération du jugement

  • perte de motivation pour les activités sociales ou passe-temps

  • modification du comportement et/ou de la personnalité.


Attention toutefois à faire consulter ces symptômes par le médecin traitant qui peut être le seul à établir un diagnostic.


Quels sont les troubles de la maladie d'Alzheimer ?


L’Alzheimer est une maladie évolutive et ses effets peuvent varier d’un individu à l’autre. Elle peut dépendre notamment de l’âge de la personne au moment du diagnostic, de son état de santé général et de l’apparition ou du développement d’autres pathologies.


Bien que le trouble de la mémoire constitue le symptôme le plus courant, ce symptôme doit être associé à un autre trouble des fonctions intellectuelles pour que le diagnostic de la maladie d’Alzheimer puisse être évoqué. Plusieurs troubles peuvent être représentatifs de cette affection, l’on parle alors des “4A” :

  • Amnésie : perte partielle ou totale de la mémoire, avec impossibilité pour la personne touchée d’enregistrer de nouveaux éléments.

  • Aphasie : perte de la faculté de s’exprimer ou comprendre le langage, ce qui peut mener à un refus de communiquer.

  • Agnosie : trouble de la reconnaissance des visages, objets, goûts, sons, etc. La personne atteinte d’Alzheimer ne reconnaît plus son entourage et peut adopter des attitudes d’indifférence, de mutisme ou d’agressivité.

  • Apraxie : difficulté à effectuer des gestes concrets qui s'accompagne d’une perte de sensations.

Quels sont les différents stades de la maladie d'Alzheimer ?


De par son caractère évolutif, l’Alzheimer se développe sur plusieurs années. En ce sens, au début de la maladie, la personne victime reste totalement autonome. Cela est possible par une adaptation progressive, comme l’usage de pense-bêtes par exemple. C’est pourquoi il est préférable de poser un diagnostic le plus tôt possible, afin de pouvoir anticiper les conséquences de la perte progressive des fonctions cognitives.

Au fil du temps, les symptômes sont amenés à s’aggraver pour amener petit à petit à une dépendance.


On distingue trois stades dans la maladie d’Alzheimer :


Le stade léger correspond à une atteinte d’environ 25 % de l’hippocampe, qui diminue en volume ce qui amène à une difficulté à faire un lien entre mémoire à court terme et à long terme. Il est assez difficile à percevoir car il ne se traduit que par des oublis bénins de noms ou d’événements récents, qui sont amenés à s'intensifier avec le temps.


Le stade modéré survient lorsque d’autres zones du cerveau sont touchées, ce qui engendre des troubles du comportement, des gestes, du langage et de la reconnaissance. La personne atteinte d’Alzheimer a alors besoin d’une aide pour certaines activités comme se déplacer, gérer son budget, ou encore faire à manger.


Au stade sévère, les lésions progressent et la récupération des informations est presque impossible : les évènements et informations passés disparaissent de la mémoire. Le patient, atteint de démence, a perdu son autonomie pour presque tous les actes de sa vie quotidienne.


Quelles sont les personnes les plus touchées par l’Alzheimer ?


Maladie davantage fréquente chez nos seniors, l’Alzheimer touche environ 23% de la population après 80 ans. Elle se déclare généralement après 65 ans, âge auquel elle concerne environ deux fois plus de femmes que d’hommes. Environ 3% des personnes de cette tranche d’âge en seraient touchés.


Le saviez-vous ?

D’après une étude de BEH santé publique France en 2016, en France, 1 200 000 personnes pourraient être touchées par la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Seulement 750 000 personnes seraient diagnostiquées.


De nos jours, la maladie d’Alzheimer est la plus fréquente des maladies neurodégénératives. Si la maladie frappe le plus souvent des personnes âgées, elle peut aussi survenir beaucoup plus tôt. On estime à 33 000 le nombre de patients de moins de 60 ans atteints de la maladie d’Alzheimer en France.


D’ici 2050, l’on estime au double du nombre de malades actuels le nombre de cas atteints de la maladie.


Quelle est l’espérance de vie avec Alzheimer ?


L’espérance de vie pour une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut varier. En moyenne, celle-ci peut varier de huit à douze ans à partir du moment du diagnostic. Cette estimation peut varier et dépend de l’âge de la personne, de l’âge auquel la maladie s’est déclarée, et de la gravité du diagnostic. L’espérance de vie est en effet plus longue en fonction de la gravité de la maladie et du stade plus ou moins avancé.


Comment lutter contre les troubles de l’Alzheimer ?


Afin de lutter contre les troubles de l’Alzheimer, il est recommandé d’exercer les capacités cognitives de la personne victime de la maladie. Ainsi, il est recommandé de stimuler les facultés mémorielles du malade à travers diverses activités et aides pour pallier les troubles de la mémoire.


Pour mobiliser le langage, des activités comme des jeux de mots, des mots croisés…sont recommandés. Ces exercices peuvent également travailler le champ lexical et la faculté de narration.


Afin d’exercer le corps pour lutter contre la perte sensorielle et la maladresse gestuelle, la méthode dite de “la programmation volontaire”, consiste pour les aidants à utiliser des réflexes pour stimuler les capacités cognitives du malade. Par exemple, mimer l’action ou mettre l’outil (une fourchette par exemple) dans la main du parent peut lui permettre de retrouver l’action.


Les personnes atteintes d’Alzheimer souffrent souvent d’agnosie visuelle qui les empêche d’identifier les visages ou les objets autour d’eux. Il est néanmoins possible de compenser ce manque grâce à d'autres sens, dont notamment le toucher et l’ouïe, comme la reconnaissance d’une voix familière pour identifier un proche.


Comment faciliter le quotidien des aidants qui vivent avec une personne souffrant d’Alzheimer ?


L’angoisse la plus fréquente chez les personnes vivant au quotidien avec des personnes souffrant d’Alzheimer est la perte d’orientation. Celle-ci se traduit concrètement par des fugues involontaires, ce qui amène l’aidant à vivre dans un état de stress permanent, devant s’assurer que son conjoint est à côté.

L’exemple le plus fréquent est lors d’une sortie pour les courses où le conjoint disparaît et sort du magasin en quelques secondes d'inattention. Les solutions pour retrouver son conjoint sont alors limitées. L’appel à la gendarmerie est souvent nécessaire et le conjoint est alors retrouvé sous un délai pouvant varier grandement.


Les solutions de téléassistance imaginées par Arkéa Assistance consistent en une montre connectée portée au bras de la personne souffrant d’Alzheimer.


Quelle est l’utilité de la téléassistance pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ?


Afin de réagir efficacement en cas de besoin, Arkéa Assistance propose des solutions de téléassistance à domicile et mobile.

L’offre de téléassistance à domicile se compose d’une centrale tactile et d’un bracelet de détection de chute, qui permettent d’entrer rapidement en contact avec le centre d’écoute afin d’appeler les secours ou un contact de proximité. En cas de besoin, un simple appui sur le bouton suffit pour lancer l’alerte. C’est utile pour se rassurer ou définir de la démarche à suivre en cas de chute, malaise ou comportement atypique. En effet, trop souvent l’on hésite à contacter les secours, de peur de déranger. Avec la téléassistance, vous savez que vous pouvez obtenir de l’aide immédiatement 24h/24. Le haut parleur de la centrale permet de prendre contact avec la personne afin de prendre immédiatement la bonne décision.


Pour les seniors victimes d’Alzheimer, la montre de téléassistance mobile permet de lancer une alerte géolocalisée au centre d’écoute qui est disponible 24h/24, 7j/7. La montre se présente comme une montre traditionnelle donnant l’heure. Elle offre cependant de nombreuses fonctionnalités dédiées à la maladie d’Alzheimer. Il est ainsi possible de géolocaliser le porteur de la montre à tout moment par simple envoi de SMS. Cette option de téléassistance offre également la possibilité d’appeler à tout moment le porteur de la montre, de bénéficier d’une aide 24h/24 avec la fonctionnalité alarme, et de définir un périmètre de sécurité pour prévenir l’aidant si ce dernier est franchi par l’abonné.


Quelles sont les autres fonctionnalités de la téléassistance Arkéa Assistance ?


Ces maladies peuvent également être lourdes de conséquence moralement sur la personne âgée et favoriser un isolement ou une perte de moral. Cela se traduit concrètement par une perte d’autonomie, ce qui amène l’aidant à vivre dans un état de stress, devant sans cesse s’assurer du bien-être de son proche. Nos solutions de téléassistance à domicile proposent des options d’écoute et de lien social pour pallier ces problématiques.

En effet, il est possible de bénéficier, par la biais de la centrale tactile, d’une téléconsultation médicale, mais aussi d’options de lien social comme les appels vidéo avec la famille, des relations de proximité grâce à notre réseau de 200 000 voisins solidaires, une ligne d’écoute et des appels de courtoisie. Ces solutions visent à protéger la personne âgée chez elle et à lutter contre l’isolement.

S’équiper d’une téléassistance peut également être un bon moyen de faire une transition douce après une perte d’autonomie soudaine.


Découvrez nos solutions de téléassistance


Vous souhaitez en savoir plus sur la téléassistance pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Découvrez nos solutions de téléassistance à domicile et mobile pour répondre à tous vos besoins ou ceux de vos proches.