Lutter contre les troubles de l'Alzheimer

Dernière mise à jour : 12 sept.

Mieux connaître la maladie d’Alzheimer


Première démence la plus fréquente chez les personnes âgées, la maladie d’Alzheimer touche environ 225 000 nouvelles personnes en France chaque année.

Bien que la maladie se déclare le plus souvent avec l’avancée en âge, l’Alzheimer n’est pas seulement une maladie de vieillesse. Jusqu’à 5 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer en souffrent suite à une apparition précoce, souvent dès 40 ou 50 ans.

Bien qu’aujourd’hui il n’existe pas de traitement pouvant empêcher la maladie de progresser, certains peuvent temporairement ralentir l’aggravation des symptômes de démence. Des dispositifs et aménagements peuvent également être mis en place pour améliorer la qualité de vie des personnes qui en souffrent, ainsi que de leurs aidants.


Les chiffres sur la maladie d’Alzheimer


Aujourd'hui l’on estime que la maladie d’Alzheimer touche 35 millions de personnes dans le monde. En France, environ 1 million de personnes souffriraient de la maladie D’après une étude de BEH santé publique France en 2016, en France, 1 200 000 personnes pourraient être touchées par la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Seulement 750 000 personnes seraient diagnostiquées.


Si l’on estime que l’Alzheimer est lié à l’âge, c’est en raison du grand nombre de seniors à en être atteints. On évalue en effet entre 10 à 30% le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans touchées par la maladie, et la majorité des malades sont âgés de 65 ans ou plus. Il arrive néanmoins de découvrir la maladie chez des jeunes âgés d’à peine 30 ans.

Toutefois, l’âge moyen auquel l’on déclare l'Alzheimer est de 73 ans.


D’après la Fondation Recherche Alzheimer, le nombre de malades devrait doubler d’ici 2050.


Les troubles causés par la maladie d’Alzheimer


Bien que la maladie d’Alzheimer présente de nombreuses variations de symptômes, en raison de son caractère évolutif, il en résulte toutefois des effets récurrents chez les malades. Le symptôme le plus connu est sans aucun doute la perte de mémoire ou encore de repères spatio-temporels, mais il ne s’agit pas d’une généralité.


En effet, la perte de la mémoire doit être associée à un autre trouble des fonctions intellectuelles pour que la maladie d’Alzheimer puisse être diagnostiquée. Cependant, ses effets peuvent varier d’un individu à l’autre.


L’on retrouve plusieurs troubles pouvant être représentatifs de cette maladie, également connus sous le nom des “4A” : amnésie (perte de la mémoire), aphasie (difficulté d'expression ou de compréhension), agnosie (trouble de la reconnaissance des visages, objets, goûts, sons, etc) et apraxie (difficulté à effectuer des gestes concrets).


Les symptômes de la maladie d’Alzheimer


Ces troubles ont pour conséquences de provoquer de nombreux symptômes possibles. Bien que le trouble de la mémoire soit le plus courant et le plus associé à cette maladie, il n’en est pas systématiquement le signe.

Les symptômes dépendent de la zone du cerveau touchée par la maladie. C’est pourquoi repérer les symptômes permet d’alerter et de poser un diagnostic assez tôt.


Les signes de la maladie d’Alzheimer peuvent être de plusieurs formes, et bien que cette liste ne soit pas exhaustive, elle permet d’en repérer les symptômes les plus courants :

  • Lié à la perte de mémoire, en raison de l’atteinte des cellules de la zone de l'hippocampe, l’oubli d’événements récents est fréquent.

  • La perte de certaines facultés cognitives induit également des difficultés à planifier ou résoudre des problèmes mais aussi à effectuer des tâches familières.

  • On assiste également à une perte de repères spatio-temporels, menant à des confusions dans le temps ou l’espace.

  • La maladie peut se caractériser par des difficultés à lire, évaluer les distances ou contrastes.

  • Des troubles du langage peuvent survenir. Cela passe par l’oubli de mots courants, ou un usage inapproprié de ceux-ci.

  • D’autres symptômes fréquents peuvent permettre d’alerter comme la perte d’objets, une altération du jugement, une perte de motivation pour les activités sociales ou les passe-temps, ou encore une modification du comportement et/ou de la personnalité.

Comment prévenir les troubles de l’Alzheimer ?


Les chercheurs estiment qu’1 cas sur 3 de maladie d’Alzheimer pourrait être évité grâce à des gestes de prévention adaptés.

Ainsi, il est avant tout primordial de maintenir une bonne hygiène de vie, et notamment physique. Pour cela, pratiquer une activité physique régulière est la clé d’un mode de vie sain. Il existe de nombreuses activités physiques plus ou moins sportives : la marche, la gymnastique douce ou encore le vélo en font partie.


Le maintien d’une alimentation saine permettrait de prévenir efficacement la maladie d’Alzheimer : limiter tabac et alcool et varier l’alimentation entre fruits et légumes et poissons et viandes. Boire de l’eau en quantité importante chaque jour (1,5 L) est important pour s’hydrater.


La pratique d’une activité physique régulière, ainsi que le maintien d’une bonne alimentation, contribue à entretenir le système cardio-vasculaire en prenant soin de son cœur et de ses vaisseaux sanguins. Entretenir son corps et son esprit permet de lutter contre d’autres troubles, qui peuvent favoriser l’apparition de la maladie : la dépression, le diabète, la pression sanguine élevée, le taux de cholestérol élevé, etc.


Stimuler régulièrement son cerveau et solliciter ses capacités sociales régulièrement aide à entretenir son esprit pour mieux prévenir les risques d’Alzheimer.


Bien que ces dispositions ne permettent pas à coup sûr d’éviter de contracter la maladie, elles cherchent toutefois à retarder l’arrivée des symptômes et l’entrée dans la dépendance.


Comment lutter contre les troubles de l'Alzheimer ?


Afin de lutter contre les effets de la maladie, stimuler ses capacités intellectuelles par des activités qui lui plaisent est un bon moyen d’en limiter les effets.

Contre la perte de la mémoire, et les autres effets de l’amnésie, il est recommandé de stimuler les facultés mémorielles du malade à travers diverses activités et aides pour pallier les troubles de la mémoire.


Stimuler le langage par des jeux de mots, mots croisés, ou travailler le champ lexical et la faculté de narration permet de combattre l’aphasie.


Face à l’apraxie, des techniques comme la programmation volontaire utilisent les réflexes du corps pour garder une certaine motricité. Cela se fait par exemple en installant une fourchette dans la main du malade, plutôt que de lui demander de manger. Celui-ci se souvient alors instinctivement comment utiliser la fourchette.


Enfin, il est possible de compenser l’agnosie, notamment visuelle (difficulté à identifier les visages ou les objets autour de soi) grâce à d'autres sens, le toucher et l’ouïe. Le fait de toucher un objet pourra donc aider un malade et entendre une voix familière lui permettra de reconnaître un proche.



Comment garder une autonomie quand on est atteint d’Alzheimer ?


Il est totalement possible pour certaines personnes atteintes d’Alzheimer de continuer à vivre chez elles. Cette capacité d’autonomie dépend de l’avancée de la maladie. Aujourd’hui, 60% des malades vivent à leur domicile.


Pour faire face aux difficultés et garder une autonomie il faut, au plus tôt, planifier la future vie du malade afin de mettre en place une organisation. En effet, il est nécessaire d’avoir à ses côtés un aidant de confiance, afin de venir en aide dans les tâches quotidiennes. Il faut également coordonner les interventions nécessaires au maintien à domicile.


L’évolution de la maladie dépend de la personne et, selon les cas, le maintien au domicile n'est pas forcément possible. Toutefois, le recours à une solution de téléassistance peut permettre de rassurer et soulager, le malade comme l’aidant, et de repousser en moyenne de 2 ans le départ en institution.


Comment traiter la maladie d’Alzheimer ?


A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement pour guérir la maladie d’Alzheimer. La lutte contre la maladie consiste tout d’abord à entretenir une bonne hygiène de vie : alimentation saine, pratique d'activités cognitives ou physiques et maintien d'une vie sociale active sont primordiaux pour le patient.


Elles sont complétées par un traitement médicamenteux et des dispositions médico-sociales qui permettent d’adapter le mode de vie des personnes afin de garder une autonomie le plus longtemps possible.


L’objectif prioritaire est de la diagnostiquer au plus tôt en détectant les premiers symptômes, afin d’anticiper et de préserver la qualité de vie et l’autonomie des personnes le plus longtemps possible. Néanmoins, les traitements médicamenteux permettent de traiter les symptômes pour diminuer leurs effets, même s’ils n’empêchent pas la propagation de la maladie.


Enfin, d’autres solutions existent, du maintien à domicile à l’accueil en établissement. Il existe un dispositif adapté à chaque stade de la maladie pour accompagner au mieux les personnes souffrant de cette affection.


Pour maintenir une autonomie et faciliter le quotidien, à la fois des personnes atteintes d’Alzheimer, et le quotidien de leurs aidants, des solutions de téléassistance peuvent être mises en place.


La téléassistance pour les seniors atteints d’Alzheimer


Arkéa Assistance propose des solutions de téléassistance à domicile et mobile.


L’offre de téléassistance à domicile se compose d’une centrale tactile et d’un bracelet de détection de chute, qui permettent d’entrer rapidement en contact avec le centre d’écoute afin d’appeler les secours ou un contact de proximité. En cas de besoin, un simple appui sur le bouton suffit pour lancer l’alerte. C’est utile pour se rassurer ou définir de la démarche à suivre en cas de chute, malaise ou comportement atypique. En effet, trop souvent l’on hésite à contacter les secours, de peur de déranger. Avec la téléassistance, vous savez que vous pouvez obtenir de l’aide immédiatement 24h/24. Le haut parleur de la centrale permet de prendre contact avec la personne afin de prendre immédiatement la bonne décision.


Pour les seniors victimes d’Alzheimer, la montre de téléassistance mobile permet de lancer une alerte géolocalisée au centre d’écoute qui est disponible 24h/24, 7j/7. La montre se présente comme une montre traditionnelle donnant l’heure. Elle offre cependant de nombreuses fonctionnalités dédiées à la maladie d’Alzheimer. Il est ainsi possible de géolocaliser le porteur de la montre à tout moment par simple envoi de SMS. Cette option de téléassistance offre également la possibilité d’appeler à tout moment le porteur de la montre, de bénéficier d’une aide 24h/24 avec la fonctionnalité alarme, et de définir un périmètre de sécurité pour prévenir l’aidant si ce dernier est franchi par l’abonné.


Comment lutter contre l’isolement des seniors atteints d’Alzheimer?


Ces maladies peuvent également être lourdes de conséquence moralement sur la personne âgée et favoriser un isolement ou une perte de moral. Cela se traduit concrètement par une perte d’autonomie, ce qui amène l’aidant à vivre dans un état de stress, devant sans cesse s’assurer du bien-être de son proche. Nos solutions de téléassistance à domicile proposent des options d’écoute et de lien social pour pallier ces problématiques.

En effet, il est possible de bénéficier, par la biais de la centrale tactile, d’une téléconsultation médicale, mais aussi d’options de lien social comme les appels vidéo avec la famille, des relations de proximité grâce à notre réseau de 200 000 voisins solidaires, une ligne d’écoute et des appels de courtoisie. Ces solutions visent à protéger la personne âgée chez elle et à lutter contre l’isolement.

S’équiper d’une téléassistance peut également être un bon moyen de faire une transition douce après une perte d’autonomie soudaine.


Découvrez nos solutions de téléassistance

Vous souhaitez en savoir plus sur la téléassistance pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Découvrez nos solutions de téléassistance à domicile et mobile pour répondre à tous vos besoins ou ceux de vos proches.